Compagnie lela

Mise en scène : Lélio Plotton

NOUS N’AVONS PAS VU

LA NUIT TOMBER

Texte : Lola Molina

 

ACCOMPAGNÉS PAR LA GESTION DES SPECTACLES

 

FICHE ARTISTE

NOTE D’INTENTIONS DE LÉLIO PLOTTON, LE METTEUR EN SCENE

Nous n’avons pas vu la nuit tomber est une pièce sur l’errance et l’amour.
C’est le parcours initiatique de six jeunes adultes qui traversent et se perdent dans le Paris de la toute fin des années 90. Ils sont six étoiles filantes qui brillent, se rencontrent le temps d’une soirée, se dispersent ou s’éteignent. La ville est ici le dédale de tous les possibles, de toutes les expériences et surtout celle de s’aimer sans limites de genres ou de contrainte morale.
Pour Jesse, Baba, James, Paul, Christopher et le Type du Métro, l’amour est une quête d’absolu aux limites de la subversion. Loin d’être la jeunesse appauvrie par la fin des « grandes idéologies » qui marque cette époque, ils en sont débarrassés.
Ils sont les représentants d’une jeunesse arrogante qui traverse Paris avec provocation et assurance et se réfugie dans des lieux littéralement underground (cave, métros…) où ils vivront ensemble leurs désirs et apaiseront leur crainte de solitude.
Leur(s) histoire(s) se racontent comme un flot, avec l’énergie et le rythme d’une course folle. Ils sont jeunes mais ils ont une conscience accrue du temps qui leur manque pour tout vivre. Ils sont dans l’urgence, la fulgurance parce qu’il leur faut bouger, se mouvoir pour avancer et vivre.
La structure dramaturgique de la pièce évolue, en même temps que les personnages s’éclipsent. Le début est un quasi scénario, qui glisse progressivement vers le poème dramatique fait d’un tissage des voix.
Du dynamisme du montage cinématographique à l’abstraction émanant de la création radiophonique voilà par quel théâtre nous souhaitons passer pour laisser le champ libre à l’imagination des spectateurs. Nos éléments scénographiques (espace, son et vidéo) n’imposent rien, ce sont des fenêtres ouvertes, des points de fuite qui sont des moteurs organiques plus que didactiques.
Poursuivant notre réflexion, la création et le dispositif sonore ont une place importante sur scène. Nous continuons ici notre recherche sur l’utilisation du micro comme outil dramaturgique et poétique. Amplifier la voix du comédien est une manière de faire des gros plans sur l’intériorité des personnages, de créer du hors champs spatio-temporel mais aussi d’orchestrer des polyphonies vocales qui désincarnent les corps permettant d’atteindre au « plateau blanc », surface sur laquelle le spectateur peut se projeter. Mais aussi grâce à une diffusion sonore en multicanal, nous plaçons le spectateur en immersion dans la fiction, au plus proche des personnages.
La vidéo fonctionnera comme un continuum. Plus que des images signifiantes, elle sera travaillée comme de la matière visuelle et plastique en projetant des couleurs et de la lumière. Elle contribuera à donner le mouvement dans lequel nous transportent les personnages et à suggérer le grain et la patine de cette fin de ces années 90.

ADENO NUITOME

De Lola Molina
Mise en scène Lélio Plotton
Avec
Eric Berger,
Charly Breton,
Anne-Lise Heimburger,
Johanna Nizard,
Antoine Sastre
(en cours)

Création sonore Bastien Varigault
Création vidéo Jonathan Michel
Scénographie Adeline Caron
Crédit photo KEFFER

MENTION DE PRODUCTION

SOUTIENS :

Avec le soutien de l’Association SACD / Beaumarchais,
du dispositif Ecritures Théâtrales en Chantier de la Comédie Poitou-Charentes
et de La Chartreuse – Villeneuve-lès-Avignon – Centre national des écritures contemporaines.

Texte à paraître aux éditions Théâtrales (juin 2020).

RECHERCHE DE PARTENARIATS
Création du spectacle prévue en janvier 2022

 

PRODUCTION/DIFFUSION 

Jessica Régnier – Les 2 Bureaux

LIENS ET TELECHARGEMENTS
CONTACTS

JESSICA RÉGNIER

+33 (0) 6 67 76 07 25

j.regnier@lagds.fr