HÉLÈNE SOULIÉ

MADAM

Manuel d’Auto Défense à Méditer

Création 2017 – 2020

Création et territoires

ACCOMPAGNÉE PAR LA GESTION DES SPECTACLES

 

FICHE ARTISTE

MADAM – Manuel d’Auto Défense À Méditer est un projet artistique anthropologique queer mené par Hélène Soulié.

À une époque, où l’espace public se rétrécit, où flâner dans la ville est vite perçu comme louche, où l’on n’habite plus la ville, où les immeubles se renferment derrière des digicodes, où une crainte de « l’autre » s’installe, et où seuls ceux qui se sentent les plus légitimes à y évoluer (les hommes) l’occupent, et où les autres (les femmes, les enfants, les personnes âgées, les hommes qui ne répondent pas aux codes normatifs de masculinité) sont invité.e.s à être attentifs, à ne pas se mettre en danger, nous avons décidé de mettre sur le devant de la scène des femmes qui nous encouragent à sortir, à prendre place, qui que l’on soit, dans la cité. Des femmes pionnières, stratèges, qui jonglent avec les codes, floutent les normes, les transgressent, performent le genre, prennent la parole.

MADAM – Manuel d’Auto Défense À Méditer, est un projet de territoire inédit, entre enquête anthropologique, écriture contemporaine et sciences. Présenté comme un carnet de voyage, il se décline en 6 chapitres ou épisodes. Des centaines de femmes sont rencontrées. Six autrices, six actrices, six chercheuses et une anthropologue sont associées au projet.

  • 2017 – 2018 – 2019 Création et diffusion des chapitres 1, 2 et 3.
  • 2019 – 2020 – 2021 Production et diffusion des chapitres 4, 5 et  6 et de l’Intégrale.
MADAM#1

MADAM#1

Est-ce que tu crois que je doive m’excuser quand il y a des attentats ?

Pour créer ce chapitre, nous sommes allées à la rencontre de femmes de la communauté musulmanes, et plus spécifiquement de féministes musulmanes à Rennes. L’objectif était de visibiliser ces femmes, de leur donner la parole, et de saisir qu’elles étaient les stratégies qu’elles mettaient en œuvre pour répondre des agressions et violences auxquels elles doivent faire face quotidiennement. Violences dues à leur appartenance religieuse. Ce chapitre s’ouvre sur un questionnement sur la tolérance, et se poursuit sur un questionnement sur le racisme, l’islamophobie, et finalement le terme de «  laïcité ».

Marine Bachelot N’Guyen est autrice associée à ce chapitre. Hanane Karimi, chercheuse en sciences sociales, est présente au plateau au côté de l’actrice Lenka Luptakova.

Le chapitre a été créé en avant première le 3 juin 2017 aux ateliers du Vent à Rennes.

 

MADAM#2

MADAM#2

FAIRE LE MUR Ou comment faire le mur sans passer la nuit au poste ?

Pour créer ce chapitre, nous sommes allées à la rencontre de graffeuses et street artistes à Nîmes, Sumène, Montpellier, et Marseille.

Dans cet art illégal, noctambule et marginal, entre béton et bitume, les femmes ont quelque chose à dire, quelque chose à prendre. Dans cet espace urbain (espace d’oppression multiple et patriarcal de base), le graff est un geste d’affirmation. Une prise de pouvoir éphémère qui vient déborder les aplats gris de la mégalopole.

Graffer c’est sortir du cadre. C’est voir en grand. C’est EXAGÉRER. C’est colorier la ville, en faire un terrain de jeu, c’est l’habiter. C’est attirer les regards sur les murs, la peau des villes, sans être vue. C’est jongler avec les codes. Flouter les normes. Les transgresser. Se travestir. Performer le genre. Et gagner des territoires. À une époque, où l’espace public se rétrécit, où l’on n’habite plus la ville, où une crainte de « l’autre » s’installe, les graffeuses nous encouragent à sortir, à prendre place, qui que l’on soit, dans la cité.

Marie Dilasser est autrice associée à ce chapitre interpérété par Mounya Boudiaf et l’experte Eloise Bouton.

Le chapitre a été créé le 20 octobre 2018 au Carré d’Art en collaboration avec Le Périscope à Nîmes.

MADAM#3

MADAM#3

SCOREUSE
Parce que tu ne peux que perdre si tu n’as rien à gagner.

Constatant que les médias et le discours commun se focalisaient toujours sur les échecs des femmes, plutôt que sur leurs victoires, j’ai décidé d’aller rencontrer des femmes dont le métier même est de gagner. De marquer des points. Et rendez-vous a été pris avec les sportives professionnelles du BLMA (Basket Lattes Montpellier Agglomération).

L’usage que nous faisons de notre corps façonne notre façon d’être au monde. Comme l’usage que nous faisons de la parole, de la langue, nous façonne. Le corps et la langue sont ce qui nous définit, nous structure.

Le corps des femmes et les usages de la langue sont des arènes, espaces d’empoignements politique de notre temps, qui mettent à jour le sexisme qu’on nous inculque, qu’on nous rabâche : « Le masculin l’emporte sur le féminin »… Le sujet n’a rien d’anecdotique. Le patriarcat veut faire taire les femmes, les faire disparaître. Revendiquer la visibilité dans la langue, montrer des corps de femmes émancipés de leur condition, c’est transgresser les normes, c’est (enfin) exister.

Un chapitre écrit par Mariette Navarro, joué par Lymia Vitte et l’historienne Eliane Viennot, et créé le 1er février 2019 au théâtre Jacques Coeur à Lattes.

MADAM#4

MADAM#4

Je préfère être un cyborg qu’une déesse

Paris / Rencontre sur le territoire avec Le collectif Georgette Sand, Laure Salmona (fondatrice du Collectif féministe contre le cyber harcèlement), et Carol Galand qui a lancé le mouvement #Metoo / Paris

Le cyber activisme travaille pour la liberté de l’information et de la communication sans aucune censure, quelle qu’elle soit, et étudie les impacts de la technologie pour la société et l’individu.

Le cyber féminisme est une forme de militantisme avec une démarche d’occupation de l’espace virtuel, nommé cyber espace – comme espace porteur d’un potentiel politique en terme d’empowerment. Il regroupe un ensemble de pratiques : hack, artistique, communication, auto défense numérique…. Nous axerons notre travail sur le cyber féminisme avec un focus sur la pratique du hacking par des femmes pour les femmes. Nous irons rencontrer des femmes qui sont devenues des informaticiennes aguerries, soit par leur pratique en amatrices soit du fait même qu’elles sont des professionnelles de l’informatique. Nous avons d’ores et déjà pris contact avec @Leshackeuses, Le reset / association, PyLadies, Les pénélopes…

Le hacking est une pratique originellement occupé par des hommes. Les femmes essaient de s’approprier cet espace-là, afin de défaire le monopole des savoirs sur les pratiques informatiques et ses potentialités dans le cyber espace. Une des pratiques qui illustre cette démarche est la production par les hackeuses de logiciels libres, pour proposer une alternative aux logiciels mainstream (qui de leurs points de vue reproduisent les systèmes d’oppression et de discrimination à l’égard des femmes et des minorités). L’objectif étant d’utiliser au maximum les possibilités du cyber espace comme une alternative face aux dominants, que ce soit dans l’utilisation d’internet (plateforme de savoir et de communication) ou dans l’invention de nouveaux systèmes de codages et d’appropriation de l’outil informatique. Pour les cybers féministes, il y a vraiment un enjeu dans la récupération des savoirs, qui passent chez les hackeuses par la pratique du codage. Le codage étant en soi un langage…

Solenn Denis sera autrice associée à ce chapitre. Sur scène l’actrice Claire Engel, accompagnée par la webmasteuse afro féministe, chercheuse et activiste Peggy Pierrot, qui interviendra sur les questions liées à la programmation, la déprogrammation, et l’Intelligence Artificielle.

En cours de production 2019-2020

MADAM#5

MADAM#5

QUELQUE CHOSE QUI VAUT MIEUX QUE SOI
 

Le titre est emprunté au roman La dame de la mer1 d’Anita Conti. Pionnière et immense océanographe, Anita Conti a vécu cinq mois à bord d’un chalutier de la Grande-pêche sur les bancs de Terre-Neuve. Anita Conti est aussi quelqu’un qui, dès l’aube, a eu une vision aiguisée du monde de la pêche. Monter en 1936 dans un bateau de pêche, aller au contact de la mer dans des conditions très difficiles, c’était incroyable. Et que nous dit-elle ? « Les Grands Bancs de Terre-Neuve ne sont plus ce qu’ils étaient, les morues disparaissent, on ne peut pas continuer à ce rythme-là. » C’est probablement une des premières personnes qui a vu sur le terrain et qui a écrit : « Attention, la mer n’est pas inépuisable. »

Pour créer ce chapitre, nous irons à la rencontre des femmes marins et de pêcheuses.

La pêche est une activité humaine très ancienne dont la pratique remonte à environ 40 000 ans. Nous étudierons le rôle social de ces femmes pourvoyeuses aujourd’hui dans la société, au regard des sociétés préhistoriques. Nous nous intéresserons aussi aux enjeux écologiques de la pêche.

Pour écrire ce chapitre, Claudine Galéa sera invitée. Sur scène l’actrice Thalia Otmanetelba accompagnée par Christine Cohen, philosophe et historienne spécialiste de l’histoire de la paléontologie et des représentations de la Préhistoire.

1La dame de la mer – Anita Conti – Editions Revue Noire – 2002

en cours de production 2019-2020

MADAM#6

MADAM#6

Et j’ai suivi le vent…

Pour créer ce dernier chapitre de MADAM, dont le titre est emprunté au roman1 éponyme d’Anne France Dautheville, première femme à avoir effectué un tour du monde en solitaire en moto, nous irons rencontrer les femmes qui prennent la route ! Des aventurières, des randonneuses, des bergères, des funambules aussi…

Nous raconterons le voyage initiatique de ces femmes – en quête d’elles-mêmes, qui décident de partir, de quitter, de ne pas rester, d’abandonner. De ces femmes qui veulent se défaire, se déplacer, pour décoloniser leurs corps et leurs imaginaires, et se les ré-approprier. De ces femmes qui renoncent aux injonctions, aux normes, prennent le risque de les dépasser.

Magali Mougel sera l’autrice associée à ce chapitre. Une psychanalyste sera présente au plateau au côté de l’actrice Marion Coutarel.

1Et j’ai suivi le vent – Anne France Dautheville – Editions Payot – 1975

en cours de production 2019-2020

 

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ •  MADAM #1 • Est-ce que tu crois que je doive m’excuser quand il y a des attentats ? • 13/05/18 “Rennes au pluriel” à l’Opéra de Rennes

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ •  MADAM #1 •  Est-ce que tu crois que je doive m’excuser quand il y a des attentats ? • 11 juillet à 14h30 • 11 – Gilgamesh/Belleville AVIGNON

  • MADAM

    HÉLÈNE SOULIÉ • MADAM #2 • Faire le mur. Ou Comment faire le mur sans passer la nuit au poste ? • le 16 septembre 2018 à 11h lecture du chapitre 2 de MADAM avec Hélène Soulié et l’autrice Marie Dilasser à la SACD (11 bis rue Ballu, 9eAr.) dans le cadre de l’Apéro Matrimoine.

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ •  MADAM #2 • Faire le mur. Ou Comment faire le mur sans passer la nuit au poste ? • Création le 20 octobre 2018 – Périscope – Nîmes • 14h45 Place David – Quartier Pissevin à Nîmes • 18h30 Carré d’Art à Nîmes

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ •  MADAM #1 •  Est-ce que tu crois que je doive m’excuser quand il y a des attentats ? • Aquarium, Paris, le 10 novembre 2018, 20h  

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ •  MADAM #3 • SCOREUSE  – Parce que tu ne peux que perdre si tu n’as rien à gagner. • Création 1er février 2019 – Théâtre Jacques Coeur – Lattes

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ •  MADAM #2 • Faire le mur. Ou Comment faire le mur sans passer la nuit au poste ? • 08 mars 2019 • À la Médiathèque de Lodève (34)

  • MADAM

    HÉLÈNE SOULIÉ • MADAM #2 • le 24 mai à Théâtre Ouvert • Paris

  • MADAM

    HÉLÈNE SOULIÉ • MADAM #1,2,3 au Festival OFF d’Avignon : le 11 et le 18 juillet  • Théâtre du Train Bleu – Avignon •  Madam#1 19h • Madam#2 20h30 • MADAM#3 22H00

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ • MADAM#4  Je préfère être un cyborg qu’une déesse

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ • MADAM#5 Quelque chose qui vaut mieux que soi (titre provisoire) • Création décembre 2019 (en cours)

  • MADAM

    HELENE SOULIÉ •  MADAM #6 • Et j’ai suivi le vent… (titre provisoire) • Création janvier 2020 (en cours)

 

 

MADAM

Manuel D’auto Défense À Méditer

Durée 1h + débat public après la représentation

Conception & mise en scène
HÉLÈNE SOULIÉ

Autrices associées
MARINE BACHELOT N’GUYEN,
MARIE DILASSER,
MARIETTE NAVARRO,
SOLENN DENIS,
MAGALI MOUGEL,
CLAUDINE GALÉA
 
Actrices associées 
LENKA LUPTAKOVA,
MOUNYA BOUDIAF,
LYMIA VITTE,
CLAIRE ENGEL,
THALIA OTMANNETELBA,
MARION COUTAREL
 
Sociologue associée
Loréna Favier
Chercheuses invitées
Hanane Karimi,
Eloise Bouton,
Eliane Viennot…
Vidéastes 
Maïa Fastinger
Photos
Marie Clauzade
Lumières
Maurice Fouilhé
MADAM#1

EST-CE QUE TU CROIS QUE JE DOIVE M’EXCUSER QUAND IL Y A DES ATTENTATS ?

Durée 1h15

Conception, texte vidéo & mise en scène
HÉLÈNE SOULIÉ
Texte
MARINE BACHELOT N’GUYEN
Avec
LENKA LUPTAKOVA
et la chercheuse
HANANE KARIMI

Lieux partenaires pour la constitution des chapitres :
Madam#1
Les Ateliers du Vent – Rennes

MADAM#2

FAIRE LE MUR

Conception & mise en scène
HÉLÈNE SOULIÉ
Texte
MARIE DILASSER
Avec
MOUNYA BOUDIAF
et la chercheuse
ELOISE BOUTON
Vidéo
MAÏA FASTINGER
Regard sociologique
LORÉNA FAVIER

Lieux partenaires pour la constitution des chapitres :
Madam#2
Le périscope – Nîmes

MADAM#3

SCOREUSE

Conception & mise en scène
HÉLÈNE SOULIÉ
Texte
MARIETTE NAVARRO
Avec
LYMIA VITTE
et la chercheuse
ELIANE VIENNOT
Vidéo
MAÏA FASTINGER

Lieux partenaires pour la constitution des chapitres :
Madam#3
Théâtre Jacques Coeur – Lattes

MADAM#4

JE PRÉFÈRE ÊTRE UN CYBORG QU’UNE DÉESSE

Conception & mise en scène
HÉLÈNE SOULIÉ
Texte
SOLENN DENIS
Avec
CLAIRE ENGEL
et la chercheuse
PEGGY PIERROT (sous réserve)
Vidéo
MAÏA FASTINGER
Regard sociologique
LORÉNA FAVIER

MADAM#5

QUELQUE CHOSE QUI VAUT MIEUX QUE SOI

Conception & mise en scène
HÉLÈNE SOULIÉ
Texte
CLAUDINE GALÉA
Avec
THALIA OTMANETELBA
et CLAUDINE COHEN
Vidéo
MAÏA FASTINGER
Regard sociologique
LORÉNA FAVIER

MADAM#6

ET J’AI SUIVI LE VENT…

Conception & mise en scène
HÉLÈNE SOULIÉ
Texte
MAGALI MOUGEL
Avec
MARION COUTAREL
et ANNE FRANCE DAUTHEVILLE
(sous réserve)
Vidéo
MAÏA FASTINGER
Regard sociologique
LORÉNA FAVIER

MENTIONS DE PRODUCTION

Mention de production générale :

Production :
EXIT

Lieux partenaires pour la constitution des chapitres :
Madam#1
Les Ateliers du Vent – Rennes,
Madam#2
Le périscope – Nîmes,
Madam#3
Théâtre Jacques Coeur – Lattes,

Soutiens :
DGCA (au titre du compagnonnage aux autrices), DRAC Occitanie (au titre de compagnie conventionnée, et les missions égalité et cohésion sociale), Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée (au titre des compagnies conventionnées),  Direction Régionale au Droit des Femmes, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale de l’Hérault, avec le soutien de la Ville de Montpellier et de la SACD.

Accueil en répétitions :
à Théâtre Ouvert – Centre National des écritures Dramatiques – Paris, et au Théâtre des Amandiers – Nanterre.

 

CONTACTS

JESSICA RÉGNIER

+33(0)6 67 76 07 25

j.regnier@lagds.fr